lass= »MsoNormal » style= »margin: 0cm 0cm 0pt; text-align: justify »>Voici les règles de conduite: un portrait global et actuel du VIH/Sida. Savoir conduire implique de connaitre la route. Il s’agit ici d’informations de base qui te permettront d’en apprendre un peu plus sur la maladie, peut-être même de défaire certains mythes ou préjugés que tu avais. Cette section met en lumière une vue d’ensemble de la virologie du VIH/SIDA, offrant du même coup une meilleure compréhension de l’impact de la maladie.  Fait le tour, et si tu as d’autres questions visite la section contact pour nous les poser!

 

 

 

 

Dans quel coin de la planète le VIH affecte-t-il le plus d’individus ?

 

 

40 millions de personnes sont infectées par le VIH dans le monde dont 70% (25.3 millions) se trouvent en Afrique subsaharienne. 18 000 personnes sont infectées au Québec, et sur ce nombre, 1 personne sur 3 ne connaît pas son statut! Le VIH touche tout le monde, peu importe ton orientation sexuelle, ton âge, ton origine ethnique que tu sois une fille ou un gars. Le VIH ne se préoccupe pas du nombre de partenaires sexuels que tu as ou de tes pratiques sexuelles: il ne te juge pas, il t’infecte. 

 

 

 

Qu’est-ce que le SIDA?

 

Le terme « SIDA » signifie syndrome d’immunodéficience acquise :

  • Le terme « acquise » signifie que vous êtes infecté par une source externe.
  • Le terme « immunodéficience » signifie une faiblesse dans le système de l’organisme qui combat les maladies.
  • Le terme « syndrome » signifie un groupe de problèmes de santé qui occasionne une maladie.

Savais-tu que le SIDA est causé par un virus appelé le VIH, le virus de l’immunodéficience humaine? Il y a en effet une distinction à faire entre le VIH et le SIDA. Si tu es infecté par le VIH, ton organisme tentera de lutter contre l’infection. Il fabriquera alors des « anticorps », ces molécules particulières qui tenterons combattre le VIH. L’analyse de sang, effectuée lorsque tu passes un test de dépistage pour le VIH, détecte ces anticorps. Si leur présence est décelée dans ton sang, ça signifie que tu es infecté par le VIH. Les personnes qui ont développé ces anticorps du VIH sont appelées « séropositives ».

Retiens ceci: être séropositif ou être infecté par le VIH n’est pas la même chose que d’avoir le SIDA. Comme nous l’avions  mentionné plus haut : le SIDA est une des phases engendrées par l’infection du VIH. Donc de nombreuses personnes séropositives peuvent ne pas développer le SIDA pendant plusieurs années. Par contre, au fur et à mesure que le VIH progresse, le virus attaque constamment ton système immunitaire. C’est alors que d’autres virus, des parasites, des champignons et des bactéries, qui ne causent habituellement aucun problème, peuvent te rendre très malade si ton système immunitaire est endommagé, parce que celui-ci n’est plus en mesure de te protéger. On parle alors d’ « infections opportunistes ». On ne meurt pas du SIDA, mais des maladies que le système immunitaire laisse passer parce que celui-ci est affaibli par le SIDA.

 


Comment le SIDA se contracte-t-il?



Tu ne « contracte » pas vraiment le SIDA… C’est le VIH que tu attrapes. Ainsi, tu pourrais être infecté par le VIH et développer plus tard le SIDA.  Tu peux contracter le VIH d’une personne qui est infectée, et ce même si elle n’a pas l’air malade et si elle n’a pas encore un diagnostic positif pour le VIH. Le virus présent dans le sang, les sécrétions vaginales, le sperme et le lait maternel des personnes infectées par le VIH est suffisant pour infecter d’autres personnes. Ca prend donc un contact avec un de ces liquides. Couramment, les personnes contractent le VIH :

 

  • en ayant des relations sexuelles non protégées (le risque est présent aussi pour les relations sexuelles orales !)
  • en partageant des aiguilles (drogues injectables) avec une personne infectée;
  • en naissant d’une mère infectée ou en buvant le lait maternel d’une personne infectée.

 

Avant 1985, recevoir une transfusion de sang infecté était une façon de contracter le SIDA. Mais aujourd’hui, le risque est minime, voir nul, puisque la réserve de sang est soumise à des tests de dépistage complets. N’oublie pas que le VIH ne se transmet pas par une poignée de main, par une accolade, un baiser ou une caresse. Il ne se contracte pas non plus par les sièges de toilette, en buvant dans le même verre d’eau qu’une personne infectée ou encore parce qu’on est piqué par des insectes ou mordu par des animaux!

 

 

 

Quels sont les liquides biologiques humains qui peuvent transmettrent le VIH d’une personne à l’autre?

 

Il y a, à l’intérieur du corps humain, 5 liquides biologiques dans lesquels on retrouve une concentration de VIH suffisante pour transmette le virus d’une personne à une autre s’il y a contact avec l’un ou l’autre de ces liquides.

 

         Le sang

         Le sperme

         Les sécrétions vaginales (lubrification)

         Le liquide pré éjaculatoire

         Le lait maternel

 

 

Ce sont les seuls liquides qui servent de véhicule au VIH. On oublie donc TOUT les autres ! Il n’existe aucun cas qui prouve que le VIH peut être transmis par les larmes, la salive, la bile ou l’urine. Cependant, il est possible d’être infecté par le VIH à la suite de relations sexuelles orales (parce qu’il y a présence de plusieurs des liquides mentionnés plus haut) ou, dans de rares exceptions, en embrassant profondément un partenaire infecté, et ce particulièrement si tu as des plaies ouvertes dans la bouche ou si tes gencives saignent.

 

 

 

Pourquoi mon système immunitaire ne parvient pas à contrôler lui-même le VIH ?

 

 

C’est que le VIH connaît beaucoup de mutations, il se transforme constamment et s’adapte. Notre système immunitaire n’est pas capable de  réagir à ces mutations et de produire assez d’anticorps.

 

 

                     

Quand a-t-on découvert le VIH ?

 

En 1981, il y a eu une épidémie à San Francisco chez les jeunes hommes homosexuels de pneumonie à un germe inhabituel (pneumocystis carinii) et de sarcome de Kaposi (tumeur rare). C’est en 1983 que Montagnier et Gallo ont identifié le VIH. Le premier médicament contre le VIH a été commercialisé en 1987. La triple thérapie est apparue en 1996.  

 

 

Quels tests le médecin utilise-il pour diagnostiquer que j’ai le VIH ?

 

Le seul moyen de savoir si une personne est infectée par le VIH est de passer un test de dépistage. Les tests sont effectués à partir d’une simple prise de sang. Le test révèlera s’il y a présence d’anticorps dans ton sang, il détectera donc une réaction de ton système immunitaire contre le VIH. 

 

 

 

Cette période est appelée  »période fenêtre ». Par exemple, si tu passes un test au mois d’octobre, le résultat sera en lien avec tes activités sexuelles précédant le mois de juillet. Si entre temps, c’est-à-dire durant la période de juillet à octobre, tu as eu une relation à risque, tu devras refaire un test 3 mois après le moment où tu penses avoir eu cette relation à risque.

 

Communique avec nous au 418-649-1720 pour savoir où t’adresser si tu veux te faire dépister, si tu as d’autres questions concernant les tests ou si tu veux parler d’un résultat.

 

 

 

 

Quelles sont les façons de prévenir le VIH ?

 

§         Prévention de la transmission sexuelle (condom)

§         Prévention de la transmission par drogues intraveineuses (programmes d’échanges de seringues et d’aiguilles)

§         Prévention de la transmission par le sang et autres tissus (surveillance des unités de sang)

§         Prévention de la transmission en milieu hospitalier (gants)

§         Prophylaxie post-exposition (débuter le traitement contre le VIH dans les 2 heures suivant l’exposition)

§         Prévention de la transmission durant la grossesse

§         Études en cours sur les vaccins

 

 

À quelque part, chacun d’entre nous contribuera soit à arrêter la propagation du VIH/sida soit à la faire avancer.

 

 

 

Peut-on guérir du VIH/SIDA ?

 

Le SIDA est toujours incurable. Certes, l’arrivée de la trithérapie a amélioré l’état de santé des personnes séropositives, mais les effets secondaires sont sévères (diarrhée, maux de têtes, lipodystrophie (redistribution des graisses dans le corps), lipoatrophie (disparition des graisses à certains endroits notamment le visage), etc.

 

Des médicaments sont donnés pour agir contre différentes cibles du virus. Les infections opportunistes sont aussi traitées. Une place importante est réservée pour le suivi du malade. Par contre, il est important de spécifier que si la durée de vie des personnes infectées par le VIH s’est grandement prolongée, il en est tout autrement lorsqu’on parle de qualité de vie…

 

Aucun vaccin, aucun remède !

 

 

 

 

Envie d’en apprendre encore plus ? Va jeter un coup d’œil ici et  !