Le fonctionnement d’une brigade

 

Ce projet original de MIELS-Québec forme, à l’intérieur des murs des institutions d’enseignement, des équipes d’étudiantes et d’étudiants identifiés comme ayant un profil d’aidant naturel. Ces jeunes reçoivent une formation de base sur le VIH-sida et les autres ITSS, ainsi que des notions sur les facteurs qui engendrent la prise de risque (consommation drogues et alcool, mauvaise estime de soi, etc.)

 

À raison d’un midi par semaine, les équipes sont ensuite en activité aux endroits stratégiques et selon les spécificités de chacun des milieux scolaires. C’est de cette manière que sont distribués les préservatifs et l’information. Le support d’un adulte du milieu (enseignantE, infirmière scolaire, travailleurEUSE social, psychologue, etc.) vient consolider le processus de mise en place du projet et son suivi auprès des jeunes.

 

La Brigade Caoutchouc peut intervenir lors d’événements spéciaux tout au cours de l’année : journées thématiques ou de sensibilisation, bal des finissants, party de fin de session, etc.

 

 

Outiller les Brigades

 

Comment trouver les mots justes, ceux qui dédramatisent, clarifient et permettent de lever les tabous ? Comment répondre à des questions parfois déroutantes ou complexes ? Offertes par MIELS-Québec et les organismes partenaires du projet, les membres des brigades et les adultes accompagnateurs reçoivent des formations de base (et/ou une mise à niveau) dans différentes disciplines:

 

·        Les modes de transmission du VIH/Sida et des autres ITSS

·        La contraception et les grossesses non planifiées la prostitution juvénile

·        La démystification de l’homosexualité

·        Les drogues de rue et drogues de synthèse

·       Tout autre sujet en lien avec le mandat de la brigade pourrait être abordé en fonction des besoins et de la demande des brigades

 

En plus de la formation, chacun des organismes voit à fournir le matériel nécessaire à la diffusion de l’information. Finalement, une personne ressource par organisme reste en lien avec les brigades.

 

Il est possible, en tout temps, de communiquer avec ces personnes ressources pour demander des précisions, recevoir du nouveau matériel, etc.

 

 

 

Savoir respecter tout le monde

 

-J’ai pris un risque en fin de semaine… -J’aurais besoin d’un condom ! -Comment convaincre mon chum d’en mettre un ? -Ma blonde m’a trompée. -Comment savoir si je suis gai? -Suis-je « normal »? -J’ai peur d’être enceinte… -J’ai tel ou tel symptôme !

 

Évidemment, dans le cadre de leur fonction, les membres de la Brigade sont amenés à répondre à des questions délicates. Ils reçoivent aussi sûrement, à l’occasion, les confidences d’un autre élève aux prises avec une problématique bien personnelle. Comment traiter des questions sexuelles sans brusquerie, en respectant l’intimité de chacun ? Tout un défi, pas nécessairement évident non plus.

 

C’est pourquoi les étudiants et étudiantes impliquéEs dans la Brigade Caoutchouc ont à signer et à respecter un code d’éthiqueIl clarifie les aspects qualitatifs et confidentiels qui doivent entourer les activités mises de l’avant.  Il apporte aux jeunes brigadiers le sentiment de faire partie d’un projet où le respect d’autrui passe avant tout. Ce contrat fait également mention de l’importance de ne pas outrepasser ses limites quant aux réponses fournies dans le cas de questions plus difficiles ou qui pourraient dépasser le cadre ou le contenu des formations de base qu’ils ou elles auront reçues. L’information que les membres de la brigade donnent se doit d’être juste et précise. On ne s’aventure pas en terrain inconnu : on réfère !